Le Plan Climat Energie

 

  Penser et agir en éco-citoyen aujourd'hui n'est pas seulement un engagement politique, mais une nécessité pour préserver la qualité de vie des générations à venir.

cadre de vie

 

En signant la convention des Maires en janvier 2009, la commune s’est engagée à dépasser les objectifs fixés par l’Union Européenne en matière de lutte contre les changements climatiques, en réduisant d’au moins 20 % les émissions de CO2, de 20 % la consommation d’énergie fossile et en produisant au moins 20 % d’énergie renouvelable sur son territoire d’ici 2020. 


Des actions concrètes

plan climat énergiePlusieurs bâtiments comme la halle des sports (en 2011-2012), l’ensemble sportif Remy Berranger (entre 2011 et 2017) et la mairie (2011-2014) ont subi d’importants travaux de rénovation, d’isolation et de régulation et de changement de chaudière.
Ainsi, entre 2006 et 2015, la consommation énergétique relative aux structures communales a baissé de 16%. Par ailleurs, la mise en valeur des sentiers piétonniers (2014), la réalisation de l’aire de co-voiturage (2010) ou encore la création de la piste cyclable vers Bruz ont contribué à réduire les émissions de CO2 en incitant les particuliers à utiliser les modes de déplacement doux.
A travers les forums énergie/habitat/chauffage (2009 et 2015), les balades thermiques (2013) ou encore les actions auprès des écoliers dans le cadre des temps éducatifs périscolaires, la commune a mobilisé les habitants à une démarche de maîtrise de l’énergie. 

Espaces verts et protection de l'environnement

fontainerie

L'accent est mis sur une politique globale de préservation de l'environnement. 

  • En 2010, la commune de Chartres de Bretagne a obtenu le trophée du développement durable de Bretagne pour son projet biomasse intitulé : « Ils plantent l’énergie de demain ».
  • La commune plante chaque année plus de 2 000 arbres afin de pouvoir, dans les années futures, auto-alimenter en bois énergie ses deux chaudières bois installées à la piscine intercommunale de La Conterie et aux serres municipales.
  • En 2012 pour stocker tout le bois provenant des communes adhérentes au Syndicat Intercommunal de la Piscine de La Conterie, des particuliers, des agriculteurs, des entreprises paysagères…, une plateforme a été aménagée. Un tunnel de stockage a été réalisé pour raccourcir le temps de séchage du bois et obtenir un meilleur taux d’humidité de celui-ci en toutes saisons.
  • Paillage : le paillage de tous les massifs provient entièrement du broyage des branches fournies par les agriculteurs locaux, de chantiers d’élagage privés et aussi ceux effectués par les services techniques.
  • Gestion de l’eau : l’arrosage des massifs et des serres municipales qui ne sont pas pourvus d’arrosage automatique, se fait avec de l’eau puisée dans un bassin de rétention et dans un silo de la station d’épuration désaffectée (contenance de 700 m3) qui récupère les eaux de pluie de l’ancien bassin d’aération de boue transformé en hangar de stockage.
  • Produits chimiques : les produits chimiques pour le traitement des herbes indésirables sont exclus depuis bientôt 14 ans. Un arrêté de la Préfecture de novembre 2013 interdit tout usage de produits phytosanitaires sur le territoire communal. Le désherbage est réalisé de manière mécanique avec une désherbeuse autoportée et manuellement. 

Vers un plan climat métropolitain

Depuis fin 2015, un nouveau Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) est lancé à l’initiative de Rennes Métropole. Pour les 43 communes, il s’agit, d’ici 2020 de poursuivre la réduction les consommations énergétiques d’origine fossile, d’émettre moins de gaz à effet de serres et de continuer le développement des énergies renouvelables.
Au second semestre 2016, une vingtaine de communes, dont Chartres de Bretagne a participé à l’élaboration du contenu des plans communaux. Il intègre les domaines de l’habitat, des activités professionnelles et services publics, la mobilité et le transport, la production et l’utilisation de l’énergie renouvelable ainsi que la mobilisation des acteurs du territoire.
Jusqu’en juin prochain, chaque commune adapte et écrit son plan d’actions en fonction de ses enjeux, de son avancement et de ses moyens.

 

 Bilan énergétique à la loupe

  • Entre 2006 et 2015, on constate une baisse de 16 % /habitant pour la consommation d’énergie fossile.
  • En 2015, la part des énergies renouvelables dans la consommation globale d’énergie du patrimoine public chartrain représente 13 %. Si on intègre la part chartraine de la chaudière-bois de la piscine intercommunale de La Conterie, la part des énergies renouvelables passe à 18%.
  • Nos émissions de CO2 ont baissé de 27 % entre 2006 et 2015.
  • Grâce notamment au remplacement des ampoules classiques par des « leds » et des lampes basse consommation, la réduction des consommations d’éclairage public est de 33 % entre 2006 et 2015 (cette compétence a été transférée à Rennes Métropole depuis janvier 2016)

Source : bilan énergétique du patrimoine communal pour l’année 2015
réalisé par l’Agence Locale à l’Energie et du Climat (ALEC).

 

Flash Info